Les bélugas et les caribous forestiers; espèces porte-drapeau?

par Danie Royer

Les écologistes font souvent référence à la protection des animaux sauvages afin d’illustrer la fragilité des écosystèmes qui constituent leurs habitats. Depuis quelques années, des groupes environnementaux mettent de l’avant des campagnes de sensibilisation et de revendications afin de protéger certains milieux particuliers. Que nous révèle cette pratique sur le mouvement environnemental? Quel type de débat prend place quant aux interventions humaines en milieu naturel? Comment cette stratégie profite-t-elle au mouvement environnemental et à la protection de certains territoires?

* Cet article a été écrit dans le cadre d’un séminaire doctoral en mai 2014. Plusieurs événements entourant ces mobilisations sont survenus depuis, mais la réflexion au sujet de la stratégie est toujours, selon nous, pertinente à ce jour.

Crédit photo: Greenpeace/Nicolas FalcimaignePhoto: Greenpeace / Nicolas Falcimaigne

Afin de comprendre les jeux entre acteurs et enjeux contextuels que suscitent les débats opposants les industries liées à l’exploitation des ressources et le mouvement environnemental dans les régions périphériques, une analyse s’impose. Les théories sur l’action collective proposent plusieurs perspectives intéressantes dont nous suggérerons ici des pistes pour une analyse de la stratégie animaliste au sein du mouvement environnementaliste. Nous ferons d’abord une brève présentation de la stratégie et de son écho dans deux cas actuels au Québec. Nous continuerons avec une discussion sur les questions que soulève la stratégie à la lumière des différents apports théoriques qui constitue le champ de l’analyse de l’action collective. Nous terminerons avec une présentation des dimensions dans lesquels la stratégie peut avoir des conséquences.

Paramètres pour une analyse de la stratégie de l’espèce porte-drapeau au sein du mouvement environnemental au Québec

« Sauvons les bélugas – Stoppons TransCanada » titre la nouvelle campagne de Greenpeace, emboîtant le pas à la coalition d’organisations environnementales qui orchestrent leurs efforts dans une nouvelle mobilisation contre le projet dans le secteur de Cacouna. Les bélugas sont rapidement devenus le symbole de la lutte contre le projet d’aménagement d’un port pétrolier dans le fleuve St-Laurent qui nécessite des levées sismiques représentant un certain risque pour la santé des bélugas. Plus de 400 personnes ont participé à une marche dans le port de Gros-Cacouna pour signifier leur désaccord envers les procédés de TranCanada en se portant à la défense de la population de bélugas, déjà fragilisée, selon eux, par d’autres facteurs reliés aux activités humaines dans le fleuve.

Crédit photo: Journal Ensemble / Nicolas Falcimaigne

Photo: Journal Ensemble / Nicolas Falcimaigne

La contestation de projets de développement et d’exploitation des ressources mobilise de nombreux acteurs sociaux, tant à l’échelle locale que nationale, en terme de protection des milieux de vie humains et fauniques. La protection et la survie de certaines espèces animales, appelées porte-drapeaux ou espèces-phares, font souvent figure d’emblèmes dans de nombreuses campagnes de luttes environnementales visant la conservation et la protection de la biodiversité (Heywood, 1995; Simberloff, 1998). Au cours des dernières années au Québec, le carcajou et le caribou forestier sont devenus les indicateurs de l’état de santé des écosystèmes forestiers en régions périphériques. La survie du saumon pose également problème pour l’exploitation de puits de pétrole de schiste sur l’île d’Anticosti, comme le rapporte même le gouvernement du Québec en février dernier. À l’échelle internationale, les organismes environnementaux soulèvent les menaces de la surpêche en évoquant le dauphin commun, de la déforestation en soulignant le déclin alarmant de la population de panda géant, de la pollution océanique en rappelant ses impacts sur les tortues et des changements climatiques sur la dégradation de l’habitat naturel de l’ours polaire.

Photo: René Bourque / Anticosti Photos, tiré d’un article de l’Actualité

Ces stratégies communicationnelles sont intégrées à diverses campagnes visant à dénoncer une activité humaine jugée menaçante pour les écosystèmes depuis plus d’une trentaine d’années (Frazier, J. 2005; Bowen-Jones, E. et A. Entwistle. 2002). Les menaces qui pèsent toujours sur bon nombre d’espèces et le déclin progressif de nombreux écosystèmes naturels nous amènent à questionner l’efficacité et la portée de la stratégie de l’espèce porte-drapeau comme moyen de revendication de la part du mouvement environnemental (Ducarme et al. 2013). L’argument de la survie d’une espèce est-il efficace en terme de mobilisation? Représente-t-il un poids substantiel dans les décisions publiques? Plus spécifiquement, le contexte social, économique et politique québécois est-il favorable ou non à cette prise de position et à la participation des groupes de pression dans les prises de décision en ce sens?

Photo: Radio-Canada

En vue de poser les prémisses pour une analyse plus spécifique sur cette stratégie, nous avons choisi deux campagnes qui font l’objet de débats actuellement au Québec en lien avec des projets de l’industrie pétrolière et forestière afin d’illustrer les questions que l’espèce porte-drapeau soulève en terme de stratégie au sein d’un mouvement social se déroulant sur un territoire spécifique.

La stratégie de l’espèce porte-drapeau se montre intéressante sur le plan analytique du fait qu’elle soulève un débat concernant le développement d’un projet économique sur un territoire et la protection de l’environnement. Il ne semble pas y avoir de consensus établi dans la relation entre les facteurs et les risques que représentent certaines pratiques industrielles pour ces espèces. D’un côté, la science et les institutions publiques peinent à dresser un portrait objectif des menaces et des risques. De l’autre côté, tant les acteurs de l’industrie que ceux des groupes de pression véhiculent des informations et des discours selon les intérêts qu’ils défendent. L’objet de cette mise en situation n’est pas tant de départager les faits des idéologies, mais plutôt d’introduire la question du lien entre les discours soutenus par les différents camps relativement aux représentations qu’elles évoquent, tout en prenant les exemples du béluga et du caribou forestier dans les luttes environnementales actuelles sur les territoires québécois.

Discussion sur la stratégie en regard de la théorie sur l’action collective

Le champ d’analyse de l’action collective et des mobilisations ont bénéficié de l’apport de nombreuses critiques et réajustements au cours des dernières années favorisant l’émergence d’un modèle réactualisé pour l’analyse du processus politique en jeu lors de conflits sociaux. Le modèle du processus politique intégré (Morris, 2004, p.234 cité in Contamin, 2010, p.60-61), inspiré par le modèle initialement formulé par McAdam (1982), propose de prendre en compte trois dimensions conceptuelles devenues paradigmatiques au sein de la sociologie des mobilisations (McAdam, McCarthy et Zald 1996 cité dans Fillieule et al., 2010, p.12), soit la « mobilisation des ressources », la « structure d’opportunité politique » et l’ « analyse du cadre ». Cette lecture des mouvements sociaux permettrait de comprendre les différents facteurs explicatifs de l’émergence des mobilisations et de l’évolution du mouvement dans le contexte social et politique. McAdam, Tarrow et Tilly (2001) insistent toutefois sur la nécessité d’une lecture dynamique des mobilisations dans leurs contextes spécifiques afin d’en cerner les mécanismes et processus qui peuvent se répéter et devenir constants d’un cas à un autre (Ancelovici et Rousseau, 2011, p.7). Nous proposons donc un canevas d’analyse afin de comprendre comment cette triple perspective nous permettrait de comprendre la structure de la mobilisation, le contexte culturel et cognitif ainsi que les opportunités politiques qui peut entrer en compte dans le succès ou l’échec de la stratégie de l’espèce porte-drapeau avancée par le mouvement environnementaliste au Québec.

a. Structure de la mobilisation

La mobilisation des ressources

La perspective de la mobilisation des ressources élaborée à partir des années 1970 nous invite à prendre en compte les différentes ressources dont jouit le mouvement dans le but d’atteindre ses fins (McCarthy et Zald, 1977; Zald et McCarthy, 1987; McAdam et al. 1996). Elle a fait l’objet de plusieurs critiques du fait qu’elle se penche sur les moyens – donc le comment – de la mobilisation en prétendant des choix rationnels en terme de coût-bénéfice afin d’arriver le plus efficacement à leur objectif. Elle demeure toutefois pertinente, car les ressources et les formes d’organisation peuvent vraisemblablement contribuer au succès de la mobilisation et doivent être prises en compte dans l’analyse plus globale du processus de structuration et l’efficience de la mobilisation. Cette approche nous invite à considérer, tel que l’ont formulé McCarthy et Zald (1977, p. 1216-1217), 1) leur structure organisationnelle et son réseau d’appui, 2) leur stratégie et les tactiques ainsi que 3) leurs relations avec la société.

Photo: Le Soleil / La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

 

La stratégie de l’espèce porte-drapeau

Dans les cas spécifiques que nous proposons d’observer, nous pouvons constater que la campagne sur les bélugas semble davantage coordonnée par des acteurs en réseau et a réussi à attirer grandement l’attention des médias, tant nationaux que locaux. Elle est portée par des organisations locales par l’entremise du mouvement citoyen Stop Oléoduc qui se veut une sorte de coalition entourant les enjeux du projet de pipeline Énergie Est de TransCanada. Ce mouvement affiche une position d’opposition franche à la dépendance au pétrole tout en désirant informer la population sur les enjeux du projet de pipeline et des possibilités de transition vers de nouvelles sources d’énergie. Le mouvement Stop Oléoduc comporte une structure décentralisée semblable au Regroupement interrégional sur le gaz de schiste de la Vallée du St-Laurent (RIGSVSL) avec qui il partage plusieurs ressources organisationnelles (ex. : réseau d’appui, structure, formation, personnes-ressources, etc.). Le mouvement citoyen est appuyé par des groupes environnementalistes nationaux, dont Nature Québec, Greenpeace Québec et la Fondation David Suzuki, qui apportent un soutien financier et une visibilité par les voies de leur notoriété médiatique et leur professionnalisme en terme de stratégies de communication. La manifestation récente a permis de nombreuses sorties médiatiques visant à dénoncer les pratiques de l’industrie, jugées inappropriées pour les bélugas. Les opposants comptent sur la sphère juridique, ici en évoquant le statut d’espèce menacée reconnu comme tel par les autorités fédérales, pour faire reculer le projet. Pour l’instant, TransCanada se montre ouvert au dialogue avec les citoyens et mène une campagne d’information au sujet de ses pratiques que son entreprise juge responsables et conformes aux normes. Du côté gouvernemental, l’organisme fédéral Pêches et Océans Canada a approuvé le processus qui respecte les normes en vigueur. Le gouvernement se fait donc rassurant sur les démarches, mais demeure effacé dans le débat.

En ce qui concerne le caribou forestier, un conflit ouvert et médiatisé entre des environnementalistes et l’industrie – incluant les travailleurs – polarise le débat. Bien que de nombreuses recherches ont démontré que la population de caribou forestier fluctue grandement depuis les années 1950 sur l’ensemble du territoire forestier canadien, il n’y a toutefois pas de consensus sur les facteurs en cause (Mallory et al, 1998, Messier et al. 1988). En 2005, le gouvernement du Québec l’a introduit sur la liste des espèces vulnérables et a mis en place un plan de rétablissement de la population afin d’en assurer la survie. Des groupes écologistes locaux, dont l’Action boréale de l’Abitibi-Témiscamingue, Boréalisation basée au Saguenay-Lac-Saint-Jean, des communautés autochtones locales ainsi que Greenpeace Québec, suivent de près la réalisation de ce plan et les activités de l’industrie. Le caribou forestier se trouve au sein de leur matériel de communication afin de démontrer l’urgence des actions à entreprendre afin de préserver l’habitat naturel de cette espèce et ainsi dénoncer une certaine incohérence du gouvernement dans ce dossier. Selon ces groupes, les activités de l’industrie forestière ainsi que l’inefficience et le manque d’aires protégées dans la forêt boréale sont perçues comme des facteurs du déclin de la population de caribou. Le lobby de l’industrie forestière, appuyé par certains médias et éditorialistes régionaux, demande au gouvernement de protéger les activités forestières pour conserver les emplois plutôt que les caribous. Ceux-ci critiquent également les orientations du gouvernement, des groupes environnementaux et des élus qui se montrent favorables à la création de nouvelles aires protégées jugées dommageables pour les économies régionales.

Photo: Canopy Planet

En regard de cette mise en situation, nous pouvons constater que le mouvement environnementaliste mettant en œuvre la stratégie de l’espèce porte-drapeau se situe dans le courant conservationniste. Leurs actions demeurent dans le répertoire du symbolique et du discours. Contrairement à d’autres courants du mouvement écologiste qui remettent en question d’importants traits culturels des sociétés occidentales modernes, comme l’écologie profonde promue par Arne Ness questionnant les valeurs des civilisations portées sur le progrès et la technique ou encore l’écologie sociale théorisée par Murray Bookchin remettant en perspective les modes d’organisation hiérarchisés des sociétés contemporaines, le mouvement environnemental porté vers la conservation des milieux naturels en terme d’habitat pour des espèces animales se veut moins revendicatrices et compromettantes envers le paradigme culturel en vigueur. Sur le plan de l’évolution des pratiques du mouvement écologiste québécois, les groupes du courant de l’écologie radicale tendent à opter et faire la promotion de l’action directe alors que les groupes environnementaux institutionnalisés revendiquent davantage par le biais de discours ou de négociations envers l’État ou l’industrie (Massé, 2008, p.2 et p.20). Comme le souligne Jean-Guy Vaillancourt au sujet de l’évolution du mouvement environnemental québécois entre 1970 et 1980, les organisations conservationnistes sont souvent plus influentes et se concentrent autour des luttes contre la pollution et le gaspillage des ressources (Vaillancourt, 1981, p.85-86). Ces organisations jouissent habituellement d’un plus grand soutien financier de la part des gouvernements et des sympathisants que le courant de l’écologie politique de nature plus contestataire.

Blocage à la raffinerie Suncor à Montréal-Est    Photo: Yves Provencher / Métro

La stratégie visant à mettre de l’avant un emblème animal à titre d’indicateur des conséquences que peuvent engendrer les activités humaines sur un territoire relève d’une tentative de faire appel à une sensibilité relative aux habitats et à l’environnement d’êtres vivants. L’éthique animale, comme nous le rappelle le philosophe Jean-Baptiste Jeangène Vilmer dans les pages du Devoir, est une pensée qui met de l’avant les êtres vivants animés. Ainsi, l’environnement devient un milieu de vie, donc au service de l’être vivant, contrairement à la pensée écologiste qui prend en considération l’ensemble des éléments des écosystèmes (flore, cours d’eau, etc.). Par conséquent, la perspective de l’éthique animale est orientée vers l’individu, qu’il soit animal ou humain, tandis que la perspective de l’éthique écologiste correspond à une approche plus holistique. Les revendications du mouvement animaliste englobant le droit des animaux visent à questionner la vision anthropocentrique dominante des sociétés occidentales au nom de la vie des espèces.

À la lumière de ces connaissances sur la stratégie, nous constatons qu’elle jouit d’une certaine sympathie populaire puisqu’un certain consensus quant à l’importance de protéger les espèces menacées est déjà établi, institutionnalisé et pris en compte par les gouvernements. Toutefois, plusieurs questions s’imposent, dont celle de savoir si la stratégie de l’espèce porte-drapeau parvient réellement à mobiliser des acteurs, tant locaux que nationaux, à joindre le mouvement. Pour ce qui est du contre-mouvement, soit la lutte que mène certains travailleurs, médias et industries afin de discréditer le mouvement et ses revendications, nous nous permettons de constater que la question environnementale, et plus particulièrement celle de l’éthique animale, touche des points sensibles relevant de la culture des sociétés occidentales, soit la prédominance de la vision anthropocentrique et la place du travail dans la société. Ces éléments peuvent être analysés dans la perspective du cadre.

Dessin: Martin PM

 

b. Analyse du cadre

L’analyse du cadre – ou « frame analysis » – propose de prendre en compte la dimension cognitive derrière l’action collective (Snow et al. 1986). Inspirée du champ de la psychosociologie, cette perspective réintroduit les « schèmes d’interprétation » propre aux acteurs afin de cerner comment ils entrent en jeu dans la trajectoire de mobilisation et d’engagement des acteurs tout en mettant en lumière les motivations qui guident les actions et interactions sociales (Goffman, 1991, p.21 cité in Contamin, 2010, p.57). La pertinence de cette perspective est de comprendre comment les acteurs « cadrent » leurs propres actions (Gamson, Fireman, Rytina, 1982; Snow et al. 1986; Benford, Snow, 2000 cités in Contamin, 2010, p.57). Elle fait appel à la dimension idéologique qui motive les actions au sein d’un cadre (Wilson 1973, p.91-92 cité in Contamin, 2010, p.71; Zald 2000, p.1 cité in Contamin, 2010, p.70).

La littérature scientifique nous explique que la perception d’injustice devant une situation joue un rôle central dans la mobilisation (Snow et al. 1986 cité in Contamin, 2010, p.57). Autrement dit, si une situation n’est pas perçue comme étant injuste, alors qu’elle l’est objectivement, cette situation pourrait ne pas voir apparaître de mobilisation motivant les acteurs à militer pour un changement. Une représentation commune doit donc être partagée par une collectivité selon trois dimensions identifiées par Snow et son équipe de recherche, soit 1) le diagnostic de la situation (identification du problème et de sa cause), 2) le pronostic (identification des moyens pour remédier au problème) et 3) la motivation à s’engager dans une mobilisation (Snow et al. 1986 cité in Contamin, 2010, p.57). Les apports théoriques récents à l’analyse de cadre insistent sur la nécessité de comprendre le cadre dans son sens dynamique et non statique (Cefaï 2007, Mathieu, 2002, 2008 cité dans Mathieu, 2010, p.49). Ainsi, ce type d’analyse permettrait de comprendre l’évolution de la mobilisation en lien avec les représentations qu’en font les acteurs au fil des événements et des interactions.

La motivation à l’engagement

Dans l’analyse de la stratégie qui nous intéresse ici, nous observons un certain désir des opposants de mettre fin à des activités qu’ils jugent néfastes pour certaines espèces. Tant le diagnostic que le pronostic semblent partagés par les adhérents. Toutefois, plusieurs nuances quant à l’échelle et la portée de l’action sont à souligner. Dans le cas de la protection des bélugas, l’idée semble de dénoncer l’approche et même le projet Énergie Est de TranCanada, mais cible principalement une pratique en particulière, soit celle des levées sismiques. Cette tactique trouve-t-elle écho unanimement auprès des militants? Est-elle une motivation partagée avec une même passion?

Le transfert de la vision écologiste – holiste – de la lutte de Stop Oléoduc à la vision animaliste – individualiste – questionne les motivations des participants à la mobilisation. Le droit des animaux est-il si important pour ces personnes qu’ils consacreront temps et argent pour défendre cette cause? Ou cette tactique est-elle simplement une première étape, une brèche dans le projet, dans leur opposition aux activités générales de TransCanada? Vise-t-elle à faire connaître leur lutte à une population plus large?

Dépendamment des réponses que nous trouverions à ces questions, nous pourrions être davantage en mesure de comprendre si le discours animaliste présentement véhiculé constitue un discours « adapté pour séduire de nouveaux adhérents », ce que Jasper ( 1997 cité in Contamin, 2010, p.74) appelle les « alignements des cadres ». Dans ce cas, celui-ci ferait office de compromis, perçu comme étant peut-être moins radical que celui contre la dépendance au pétrole auprès d’une population plus générale. Les militants écologistes présupposeraient alors, selon leur propre représentation du monde, que la lutte pour la biodiversité dans un milieu et pour une espèce spécifique est plus « séduisante » que la lutte contre la pollution remettant en question plus globalement le mode de production et de consommation de la société. Mais cela est-il exact?

Photo: Stéphanie Gendron / Le Journal de Québec

 

L’éthique animale vs la culture du travail

Toujours dans une analyse du cadre, nous avons identifié précédemment les types de discours, soit celui de l’éthique animale et celui de l’importance du travail au sein de la société, qui s’opposent dans les débats. Le champ discursif s’insère dans celui de la culture. Le choix de promouvoir l’éthique animale relève d’une vision philosophique spéciocentrique alors que la culture dominante valorise plutôt une culture spéciste privilégient la place de l’être humain aux autres êtres vivants (Vilmer, 2011, p.20). Par conséquent, l’éthique animale n’a possiblement pas la faveur populaire à moins que s’opèrent des changements culturels importants en ce sens. Il serait alors intéressant de comprendre si la stratégie de l’espèce porte-drapeau s’inscrit dans un objectif de changement culturel d’ordre plus général.

Suivant cette prémisse et dans le contexte économique actuel, la société occidentale moderne accorde une grande importance au travail. Dans un article intitulé « Are you an environmentalist or do you work for a living ? », Richard White explique comment la question du travail a historiquement nui au mouvement environnemental aux États-Unis (White, 1997). Constatant l’impossibilité du mouvement à intégrer adéquatement la question du travail, et plus particulièrement celui qui implique l’exploitation des ressources au sein de leur discours, White explique qu’une fracture importante s’est opérée entre environnementalistes et travailleurs des secteurs de l’industrie primaire :

« Il y a de nom­breux environnementalistes bien intentionnés qui reconnaissent les connexions nécessaires qui existent entre le travail moderne et la nature, mais ils opèrent dans une culture plus large qui encourage la dichotomie entre les deux. Et trop souvent le mouvement environnemental utilise des images et des mots qui renfor­cent cette fracture.» (Traduction libre, cité in Seijo, 2011, p.45)

Bien que plusieurs éléments de discours véhiculés par les médias se montrent convaincants, cette dichotomie culturelle serait à vérifier au sein de la société québécoise.

Remettre en question la culture dominante, c’est aussi courir le risque de se faire marginaliser au sein de la structure politique et même auprès du mouvement environnemental (Seijo, 2011, p.47). Le mouvement environnemental québécois des dernières années semble favoriser davantage l’approche pragmatiste (ex. : recyclage, innovation énergétique, etc.) afin de contourner la question de la culture. Toutefois, plusieurs observateurs et analystes font remarquer que des changements structurels et culturels d’envergure (ex. : décroissance, indicateurs de richesse, etc.) seront nécessaires pour faire face aux enjeux écologiques qui menacent l’humanité. Or, il semble que la lecture des problèmes au sujet du rapport entre nature et société ne fasse pas consensus dans la société nord-américaine (Blanc et al. 2011 p.18).

c. Structure des opportunités politiques

Pour terminer le tableau des éléments à prendre en compte dans l’analyse de la stratégie de l’espèce porte-drapeau, nous expliquerons dans le chapitre suivant comment se compose la perspective de la structure d’opportunités politiques. Comme nous le rappelle McAdam, Tarrow et Tilly (2001) dans leur ouvrage Dynamics of Contention, une importance doit être accordée à la perception des acteurs – encore une fois issue de la dimension subjective – envers les opportunités qui s’offrent à eux (Mathieu, 2010, p.47). Ainsi, une attention particulière sera portée au contexte politique tout en observant comment les acteurs saisissent les opportunités afin de faire évoluer leur mouvement en rapport à la sphère politique (Mathieu, 2010, p.39). Alors que le « cadrage » précédent se concentrait davantage sur le plan psychosocial et culturel, le regard porté vers la structure des opportunités relève du plan politique, c’est-à-dire dans l’articulation des revendications du mouvement auprès des institutions politiques et législatives. L’idée est de comprendre la façon que celles-ci les intègrent ou les rejettent. Ainsi, le degré d’ouverture – contexte favorable – et de fermeture – contexte défavorable – aux négociations et arrangements expliquerait en partie, mais non totalement, l’impact des mouvements sociaux sur les institutions politiques (Eisinger 1973 cité in Mathieu, 2010, p.40). Encore une fois, une perspective diachronique et historique est préférée afin de mieux cerner les opportunités qui ont conduit à l’émergence et l’évolution de l’action collective (Gamson et Meyer, 1996; McAdam, Tarrow, Tilly, 2001). Plus récemment, certains chercheurs (Mathieu 2007, Ancelovici, 2009, Ancelovici et Rousseau, 2009) ont critiqué la centralité du rôle de l’État au sein de ce modèle d’analyse en tant qu’interlocuteur principal des mouvements contestataires. Ancelovici et Mathieu proposent d’ailleurs de revoir le modèle du processus politique afin d’inclure les différents espaces institutionnels organisés en terme de « champ », selon la théorie des champs proposée par Bourdieu (Ancelovici, 2009; Mathieu, 2010). Ainsi cette perspective élargie permettrait de mieux saisir le caractère dynamique des processus entre les champs comprenant « des principes, une logique d’organisation et un type d’intérêts particuliers » propres à chacun de ceux-ci (Ancelovici, 2009, p.46).

Pour le bien de l’exercice suivant visant à identifier les éléments potentiels pouvant faire une analyse de la stratégie de l’espèce porte-drapeau, nous nous sommes inspirés des six éléments pouvant influencer les opportunités politiques identifiées par Tarrow (2008), soit « 1) la multiplicité des centres de pouvoir indépendants au sein du régime considéré, 2) son ouverture à de nouveaux acteurs, 3) l’instabilité des alignements politiques, 4) la disponibilité des alliés influents pour les contestataires, 5) la propension du régime à faciliter ou à réprimer l’expression collective de revendications et 6) des changements décisifs à l’intérieur des cinq précédents éléments » (Tarrow, 2008 cité in Mathieu 2010, p.41).

Le cri du cœur des environnementalistes

Dans l’analyse du cas des bélugas, l’accès au système politique semble plutôt fermé aux mouvements citoyens. Relevant du gouvernement fédéral, les institutions responsables de la conservation faunique ont perdu certains de leur pouvoir coercitif avec l’arrivée du gouvernement Harper, notamment avec l’adoption du projet de loi C-38. Comme le souligne l’article de Blanc et al. (2011, p.17) au sujet de l’écologie politique en Amérique du Nord, le conservatisme qui domine le paysage politique a fait reculer les possibilités d’intervention de l’État afin de favoriser le libre marché. Les politiques publiques visant à « assurer la souveraineté politique et économique » privilégient « l’exploitation sans limites des ressources naturelles ». Les jours semblent plutôt gris pour l’activisme écologique dans ce contexte. Malgré tout, le mouvement environnemental est toujours bien vivant et semble motivé à ramener à l’ordre le gouvernement face à ses nombreux engagements, tenu auprès de ses partenaires internationaux, pour la protection et la conservation de la biodiversité. Alors que le gouvernement Harper fait reculer le Canada en terme de leadership environnemental et que le gouvernement Couillard nouvellement élu semble vouloir suivre ses traces dans le modèle économique basé sur l’extraction des ressources, il serait pertinent de demander aux acteurs comment ils perçoivent désormais les opportunités politiques dans le contexte actuel et dans le un futur proche. L’argument pour la survie des bélugas et des caribous forestiers semblent être une voie favorable étant donné le pas déjà franchi sur le plan juridique en faveur des revendications de conservation de la biodiversité et le consensus international à ce sujet. Toutefois, le contexte a évolué depuis ces engagements à travers le temps et les changements de garde au sein des différents paliers gouvernementaux. Comment les acteurs des mouvements sociaux perçoivent-ils le rétrécissement progressif de ce contexte autrefois très favorable? Comment comptent-ils agir désormais? Leur stratégie est-elle toujours pertinente dans ce contexte?

Vidéo: Canadian Boreal Forest Agreement Caribou Dance (CPAWS)

 

Opportunités et limites de la stratégie de l’espèce porte-drapeau

Un aperçu de l’examen auquel pourrait être soumis la stratégie de l’espèce porte-drapeau par l’entremise des trois dimensions centrales de l’analyse de l’action collective permet de constater que seule une conceptualisation des perceptions des jeux et des enjeux au sein des contextes nous permet de saisir la richesse et l’effervescence de l’objet. L’exercice ne serait pas complet sans toutefois aborder brièvement une dernière perspective stimulante, soit celle des conséquences et des impacts des mouvements sociaux.

Comme l’expliquent Chabanet et Giugni (2010, p.146), « un changement culturel se traduit presque toujours par une adaptation politique, institutionnelle ou législative ». Ainsi, les impacts suivant les mobilisations se trouvent à différents degrés, à différentes échelles ainsi qu’à différentes dimensions (Chabanet et Giugni p.147). Suivant une grille d’analyse élaborée par Giugni (2008), les conséquences des mouvements peuvent se mesurer selon trois types, soit 1) politiques, 2) culturels et 3) biographiques. Ces types peuvent ensuite faire l’objet d’une analyse selon deux axes, soient les « conséquences internes » au mouvement social et les « conséquences externes » (voir tableau ci-dessous, inspiré de Chabanet et Giugni, 2010, p.147-148). Les auteurs soulignent toutefois le défi que représente ce type d’analyse dans la difficulté de mettre en perspective le « caractère irréductiblement dynamique des enjeux politiques » (Chabanet et Giugni, 2010, p.161). Toutefois, elle présente l’avantage d’élargir la perspective institutionnaliste à d’autres types de conséquences, tant sur le plan culturel et social ainsi que sur le plan idéologique d’un mouvement et des motivations personnelles de participation des individus au politique.

En ce qui a trait à la stratégie de l’espèce porte-drapeau avancée par le mouvement environnementaliste, une analyse de ces types de conséquences permettrait d’en comprendre la valeur en prenant compte des opportunités et des conséquences qu’elle présente ainsi que ses limites afin d’en mesurer la pertinence dans les débats écologiques actuels qui mobilisent les différents acteurs des territoires. À ce propos, il serait intéressant de mesurer la sensibilité différenciée entre les territoires locaux et l’échelle nationale envers les questions de conservations d’habitat d’espèces menacées. Pour l’instant, les acteurs de l’industrie et ses travailleurs ont souvent tendance à soutenir publiquement le fait que les mobilisations soient constituées de citadins et non pas des gens de la place, comme le souligne le président du syndicat de la papetière de Dolbeau-Mistassini en soutenant « que les groupes environnementaux font de la désinformation et se servent de l’ignorance des citoyens, surtout ceux des grandes villes, par rapport aux enjeux de la forêt ». Qu’en est-il réellement? Et si cela s’avérait juste, quels facteurs expliquent ces différentes sensibilités d’une région à une autre en regard du contexte socio-économique?

Photo: Journal Ensemble / Nicolas Falcimaigne

Conclusion

Comprendre les motivations, processus, idéologies et contextes dans lesquels s’articulent les mouvements sociaux en rapport avec un enjeu aussi vaste que l’environnement n’est certainement pas une tâche facile. Toutefois, la riche littérature sur l’action collective, en perpétuelle redéfinition, éclaire de nouvelles avenues. Au Québec, le manque cruel de littérature scientifique au sujet des mobilisations locales et territoriales en lien avec les questions environnementales révèle une certaine crainte de chatouiller de nouveau les sensibilités dans un débat dépeint trop souvent comme étant l’écologisme en guerre contre le développement. Le travail d’analyse est pourtant nécessaire. Les enjeux entourant ce que certains nomment l’acceptabilité sociale questionnent l’organisation même de nos sociétés, en terme démocratique, mais aussi sur notre rapport au monde et à la nature, en terme culturel. La fracture ouverte entre travailleurs et écologistes en régions dites « ressources » ne se refermera pas d’elle-même si aucun rapprochement n’est possible. Pourtant, les deux tentent d’habiter un même territoire… mais l’habitent autrement. Il y a tout un monde de représentations qui sépare les idées entre la protection du caribou et le soutien des emplois en foresterie. Comment trancher la question? Et qui décide? Voilà les enjeux territoriaux auxquels sont confrontées les populations des régions « ressources ».

 

Bibliographie

Ancelovici, Marcos et Stéphanie Rousseau. 2009. « Présentation. » Sociologie et sociétés 41 (2): 5 – 14.http://id.erudit.org/iderudit/039255ar.

Ancelovici, Marcos. 2009. « Esquisse d’une théorie de la contestation. » Sociologie et sociétés 41 (2): 39 – 61.http://id.erudit.org/iderudit/039258ar.

Blanc, Nathalie, Alice Le Roy et Nathalie Lewis. 2011. Les écologies politiques aujourd’hui. 2, Amérique du Nord. Paris: Presses de Sciences Po.

Bowen-Jones, E. et A. Entwistle. 2002. Identifying Appropriate Flagship Species: The Importance of Culture and Local Contexts: Oryx

Chabanet, Didier et Marco Giugni. 2010. « Les conséquences des mouvements sociaux. » In Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, sous la dir. de Olivier Fillieule, Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier. Paris: La Découverte.

Contamin, Jean-Gabriel. 2010. « Cadrages et luttes de sens. » In Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines,, sous la dir. de Olivier Fillieule, Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier, 55-76. Paris: La Découverte.

Ducarme, Frédéric, Gloria M. Luque et Franck Courchamp. 2013. « What are “charismatic species” for conservation biologists ? » BioSciences Master Reviews vol. 1.http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://biologie.ens-lyon.fr/biologie/ressources/bibliographies/pdf/m1-11-12-biosci-reviews-ducarme-f-2c-m.pdf?lang=fr&title=lire%20en%20ligne.

Fillieule, Olivier, Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier. 2010. Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines. Paris: La Découverte.

Frazier, J. 2005. Marine turtles: the role of flagship species in interactions between people and the Sea: Conservation and Research Center, Smithsonian Institution.http://www.marecentre.nl/mast/documents/Mast-2004p.5-38.pdf.

Gamson, W. et D.S. Meyer. 1996. « Framing political opportunity. » In Comparative Perspectives on Social Movements, sous la dir. de Doug Mcadam, John D. McCarthy et Mayer N. Zald. Cambridge: Cambridge Univesrity Press.

Giugni, Marco. 2008. « Political, Biographical, and Cultural Consequences of Social Movements. » Sociology Compass 2 (1582-600).

Heywood, VH (dir.). 1995. Global biodiversity assessment. Cambridge: University Press.

Mallory, F.F. et T.L Hillis. 1998. « Demographic characteristics of circumpolar caribou populations: ecotypes, ecological constraints/releases, and population dynamics. » Rangifer 10: 49-60.

Massé, Bruno. 2008. « L’écologie radicale au Québec : pratiques et représentations sociospatiales des groupes écologistes radicaux, de 2001 à 2007. » mémoire de maîtrise, Département de géographie, Université du Québec à Montréal.http://www.archipel.uqam.ca/1001/1/M10323.pdf.

Mathieu, Lilian. 2007. « L’espace des mouvements sociaux. » Politix 77.

Mathieu, Lilian. 2010. « Contexte politique et opportunités. » In Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, sous la dir. de Olivier Fillieule, Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier, 39-54. Paris: La Découverte.

McAdam, Doug, John D. McCarthy et Mayer N. Zald. 1996. Comparative perspectives on social movements : political opportunities, mobilizing structures, and cultural framings. Cambridge: Cambridge University Press.

McAdam, Doug, Sidney G. Tarrow et Charles Tilly. 2001. Dynamics of contention. Cambridge: Cambridge University Press.

McAdam, Doug. 1982. Political process and the development of Black insurgency, 1930-1970. Chicago ; London: University of Chicago Press.

McCarthy, John D. et Mayer N. Zald. 1977. « Resource Mobilization and Sociol Movements: A Partial Theory. » American Journal of Sociology vol. 82 (no.6 (May 1977)): 1212-1241. http://www.jstor.org/stable/2777934.

Messier, S, J. Huot, D Le Henaff et S. Luttich. 1988. « Demography of the George River Caribou Herd: Evidence of Population Regulation by Forage Exploitation and Range Expansion. » Arctic vol. 41 (no. 4): 279-287.

Seijo, Francisco. 2011. « L’exception américaine?: 2e partie. Ou pourquoi les États-Unis n’ont-ils pas de parti vert important? » Écologie & politique 2011/1 (no.41): 39-48.

Simberloff, D. 1998. Flagships, umbrellas, and keystones: is single-species management passé in the landscape era? Elsevier: Biological conservation.

Snow, D.A., E. Rochford, B. Jr Woeden et S.K. Benford. 1986. « Frame alignment processes, micromobilization, and movement participation. » American Sociological Review 51 (4).

Vilmer, Jean-Baptiste Jeangène. 2010. « La philosophie à l’éprueve de l’animal »Klesis – Revue philosophique (16).http://www.revue-klesis.org/pdf/animalite01Vilmer.pdf.

White, Richard. 1996. “Are You an Environmentalist or Do You Work for a Living?”: Work and Nature,William Cronon (dir.). New York.

Zald, Mayer N. et John D. McCarthy. 1987. Social movements in an organizational society : collected essays. New Brunswick, U.S.A.: Transaction Books.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.